Le frac, l’habit des élégants de 1780.

Parce que ces messieurs ont aussi du choix dans le monde du costume, nous avons décidé de vous parler du frac.

Capitaine George Montagu (1750–1829), vers 1780-1790, Attribué à Thomas Beach (1738-1806) ou Lemuel Francis Abbott (c.1760–1802)
Capitaine George Montagu (1750–1829), vers 1780-1790, Attribué à Thomas Beach (1738-1806) ou Lemuel Francis Abbott (c.1760–1802)

Emprunté à la mode anglaise, il fait son apparition dans le vestiaire français à la fin des années 1760. Mais il s’agit en réalité d’un habit d’origine rurale, porté, outre-Manche, par la gentry (la petite noblesse de terre) et les paysans.

C’est un habit à la coupe économe en tissu, sans poches ni plis, aux pans très évasés, qui se distingue par son petit col arrondi, rabattu et souvent de couleur différente du reste de l’habit. L’étoffe en est généralement unie, plutôt sombre (couleur « suie des cheminées de Londres »), ou bien jaune ou vert clair à rayures.

frac rayé
Très vite, le frac est adopté par les jeunes hommes car cette sobriété plait, le frac devient l’uniforme de l’homme éclairé ayant lu Rousseau et Voltaire.
L’humble origine de ce costume explique le grand succès que ce vêtement aura pendant la Révolution Française et au début du XIXe siècle.

Robespierre par Boilly
Robespierre par Boilly

Pauline BORD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s